Mon vieil ami

Ils me suivent depuis que je suis en âge de choisir mes vêtements. C’est le compagnon des dimanches pluvieux et des soirs de blues. C’est le parfum de la tisane et le réconfort des muscles endoloris par l’effort. C’est un rempart de douceur. Et oui, c’est un peu tout ça mon vieux pull.

A quoi reconnaît-on un pull « doudou »? D’abord au fait qu’il est large et tout distendu devant parce qu’il faut de la place pour les genoux. A force de rentrer les mains dans les manches, elles se sont étirées. Du coup, quand on le met, on roule les extrémités pour mieux les étirer ensuite en y cachant ses doigts. Elles servent aussi accessoirement de manique pour les tasses de tisanes, de thé ou de vin chaud. Et puis quelque soit la qualité de la laine, il est plein de bouloches tellement qu’il est vieux.

Le premier pull dont je me souviens était vert gazon. Il avait grandi plus vite que moi. Sa taille m’arrivait aux genoux et ses manches, aux chevilles. Ma mère le détestait et menaçait à chaque lavage de le mettre à la poubelle. C’était un pull tout simple en côtes anglaises, pas de fioriture, juste de la grosse laine. Vers la fin, les manches et le bas se détricotaient et les fils pendouillaient. J’avais 13 ans et tellement peur que ma mère le jette que je ne l’ai plus mis dans la panière à linge sale. Un jour je l’ai cherché pour lui faire un gros câlin mais il n’était plus là.

Le second, c’est moi qui l’ai tricoté, tout en coton pistache et en torsades. Un look golfeur qui était très à la mode dans les années 1990. Il était très lourd et très doux. Sa manche était bariolée du fait d’un changement de bain malheureux. Sinon, ses caractéristiques de pull « doudou » n’avaient rien à envier au précédent.

IMG_6694

Bon le temps passe et j’ai plus vieilli que grandi. Mais j’ai toujours un pull « doudou ». Il est gris violet et me fait penser à un ciel d’orage. C’est un modèle de La Droguerie nommé « Place des Victoires« . Il est tricoté avec deux fils : duvet d’Anjou et Plumette. La plumette étant elle même un mélange de fil irisé et de mohair. Il est bourré de défauts mais je l’adore.

D’abord le modèle original est très ajusté ce qui limite ses capacités de câlinothérapie.

Deuxièmement, avec La Droguerie j’ai toujours peur de manquer de laine. En effet, la palette de couleurs est discontinue et les couleurs elles-même varient pas mal en fonction des bains. Bref quand il n’y en a plus, il n’y en a plus. Le point étant facile, je n’ai pas fait d’échantillon et j’ai ajouté des mailles à la louche. J’ai donc pris les mailles du XL avec les mesures du M. Mais pour les manches j’ai eu peur de changer les mesures et j’ai tricoté des manches XL. Résultat : les manches étaient déjà trop longues dès l’origine.

IMG_6696

Troisièmement, j’ai testé sur ce pull les coutures au crochet. Je m’y suis sans doute mal prise car le résultat n’est pas à la hauteur de mes espérances. Comme vous pouvez le voir sur la photo, il y a beaucoup d’espaces au milieu et avec le point, ça ne fait pas quelque chose de net et de contrasté. Sinon la couture est propre et assez plate.  Je préfère quand même la couture invisible qui reconstruit le visuel d’une maille de jersey. Qu’en pensez-vous?

Voilà pour le modèle. A ses débuts, il avait un aspect « mousseux », mais avec le temps et les lavages, le mohair du fil plumette est parti en formant des bouloches. Il a un aspect plus « brut » maintenant, voir un peu rugueux du fait du fil irisé.

Autre faiblesse du modèle, le « V » du col. Avec le temps la laine c’est étirée sur les lignes de tensions. J’ai vu sur le Net un moyen de corriger cet effet en croisant les mailles dans la zone de séparation. La maille de droite part dans la zone de gauche et celle de gauche à droite. J’aurai également pu coudre un petit triangle de tissu (idéalement de la suédine) pour renforcer le col. A savoir pour la prochaine fois.

IMG_6695croisement

Et pour finir, chose étrange, la laine a un aspect comme feutré au niveau des aisselles. De deux choses l’une, soit mes dessous de bras ont dégagé une chaleur humide qui a feutré la laine, soit c’est un effet de frottement. En tout cas c’est la première fois que je vois ça.

IMG_6699

Malgrè tous ces défauts, je l’adore mon pull. Je ne le mets plus pour sortir ailleur que dans le jardin mais je ne m’en séparerais pour rien au monde. Nous avons encore tant de choses à faire ensemble. Et vous, vous avez des pulls « doudou » ?

Publicités

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Nappy knitter
    Nov 06, 2015 @ 12:46:40

    Merci pour ce retour précieux car ce pull est sur ma to do !!

    Réponse

  2. Rétrolien: Une semaine de tricot | Les chants de kcendres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Les chants de kcendres on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :